Mini-destrier urbain… Test Trottinette électrique Scorp’It

Les trottinettes ne sont pas uniquement dédiées aux enfants, les adultes les ont aussi adoptées. Elle leur fait gagner du temps en plus d’être ludique et souple à piloter. Rapidement, la fée électricité s’est penchée sur ces petites bêtes pour leur apporter énergie et motorisation. Les premiers produits que j’ai testés ne m’avaient pas encore vraiment convaincu jusqu’à ce que je chevauche la Scorp’It, un modèle pensé pour les adultes. .

 

 

Finette, la trottinette

Née de l’imagination d’un groupe de potes passionnés par ce deux roues, Scorp’It est une jolie trottinette, élancée et arborant une belle robe noire et bleu nuit. Le deck, pour poser ses pieds, offre un bel espace (42cm de longueur pour 30 cm de large) tout en ne cassant pas les lignes du bébé. Elle affiche un poids de 12.8 kg, et se voit dotée de pneus à chambre, proche de ceux qui équipent les motos et d’un chargeur interne. L’autonomie annoncée est de 24 km à plein régime, 30 km à moyen régime, pour un temps de charge d’environ 1 heure par tranche de 10 km d’autonomie. Enfin, elle se plie pour être facilement rangée ou transportée d’une main. Ça fonctionne très bien, mais je suis un peu perplexe, une simple lanière attache le guidon au socle du produit. Si elle est efficace, je ne sais pas combien de temps elle tiendra…

Chevauchée urbaine

La Scorp’It m’a impressionné par son confort et sa simplicité d’utilisation. Un bouton est à enclencher pour activer le moteur électrique la poignée droite faisant office d’accélérateur et deux freins à disques. Le moteur électrique est très réactif, pour démarrer je dois me lancer comme avec une trottinette classique et ensuite seulement tourner la poignée d’accélération. Il faut avoir l’habitude de la bête pour lancer le moteur à l’arrêt. Ensuite, les 15 premières minutes j’ai un peu tâtonné et surtout me suis limité à un axe bien bordé. Puis j’ai rapidement dompté la Scorp’It, OK je ne fais toujours pas de virages très serrés, ni d’acrobaties, mais dans Paris, je maîtrise ! J’ai surtout emprunté les pistes cyclables, plus sécurisantes que la route. Et je serai honnête, au rond-point des champs-Élysée, je n’ai pas fait le fier et j’ai utilisé le trottoir, comme à chaque fois où la circulation était trop importante. Heureusement que le Scorp’It est très stable, même si je porte un sac en bandoulière et croyez moi l’équilibre n’est pas mon point fort. Sur le bitume, le confort est total, et le deck bien large donne un bel équilibre j’ai même vue une demoiselle en talon haut parfaitement contrôler la trottinette par contre, sur les pavés j’étais un peu secoué. Cela n’enlève en rien au fun de ce véhicule électrique et le regard intrigué des passants me fait toujours chaud au cœur.

L’autonomie est vraiment excellente, j’ai réalisé le parcours suivant en une charge, Gare du Nord-les ternes, les ternes – Palais de Tokyo et Palais de Tokyo – Châtelet les Halles et j’avais encore du jus (même s’il ne me restait que 10 min de route). J’ai noté que sur un chemin en terre, comme dans un parc, le moteur souffrait un peu et l’autonomie s’en ressent. Enfin, la recharge est assez rapide (3 heures pour 30 km), et se fait à l’aide d’un simple câble (fournis) qui se range facilement dans un sac.

 

 

 

 

 

Avis 4/5

Proposée à 899 euros (une offre de remboursement de 100 euros existe, valable jusqu’au 25/12/12)  , la Scorp’It affiche un rapport qualité/prix excellent. La concurrence est souvent plus chère et moins performante. L’autonomie permet d’enchaîner de court trajets, bien plus rapidement qu’en transport en commun ou en voiture les jours de gros bouchons. Il faut pourtant rester prudent sur la route, privilégier les pistes cyclables et s’habiller chaudement quand il fait froid. Si vous avez de nombreux rendez-vous professionnels dans Paris (Lyon, Lille, Bordeaux…) ou vivez et travaillez dans la même ville, elle deviendra indispensable en plus d’être très fun à piloter. J’ai vraiment regretté de la rendre… Et il est hors de question que je prenne un Vélib’… Papa Noël si tu existes…

One comment

  1. Merci pour cet essai express ! On en apprend un peu plus sur cette nouveauté 2012, que j’attends toujours d’essayer pour m’en faire une idée.

    Concernant le fait d’emprunter les pistes cyclables, le souci c’est que c’est interdit, contrairement aux trottoirs. M’enfin les forces de l’ordre ne sont pas du genre à sanctionner pour ça, surtout pas à Paris. Il faut juste s’équiper correctement (casque surtout) car ça reste dangereux : déjà 2 chutes à mon actif, à chaque fois à cause d’automobilistes qui ne font pas attention !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *