Test Mortal Kombat 11, de l’art de l’hémoglobine

Le sang, le fore ont toujours été les produits d’appels des Mortal Kombat. Les Fatalités sont de ses charmes premiers qui m’ont fait craquer lors de la sortie du premier et bien après. Avec son Mortal Kombat 11, je me prépare donc à prendre ma dose de morbide spectaculaire,

Concept, aimer frapper et les histoires bien écrites

Il semblerait qu’une déesse n’ai pas trop aimé la fin du précédent Mortal Kombat. Elle décide donc de bouleverser l’histoire en trafiquant les trames du temps. Je profite d’un scénario très bien ficelé et profitant d’une mise en scène qui me laisse encore pantois. Je visite donc les moments clés des précédents épisodes pour un voyage spatio-temporelle qui va rester dans les mémoires. J’admet que c’est assez rare qu’un jeu de baston profite d’un véritable travail scénaristique alors autant savourer la chose.

Esthétique, l’art de l’hémoglobine

Comme je vous l’ai dit, les cinématiques sont vraiment sublime et le jeu n’est pas en reste. Les combatants comme les décors sont à tomber et le réalisme des animatyions tout autant. Les developpeurs ont mis les petits plats dans les grands en me proposant un quasi sans faute. Tout ce qui tourne autour du sang, du gore est encore plus présent, imapctant. Bref, nous sommes face à l’un des plus beau jeu de baston de tous les temps (en attendant le prochain.

Jouabilité, l’essentiel reste, le nouveau le rend meilleur

Dans sa très grande majorité, Mortal Kombat 11 reprend les mécanismes des précédents opus. Les Fatalités sont tout aussi respectées. Par contre, la petite course disparaît au profit d’un simple mouvement rapide vers l’avant ou l’arrière. Deux jauges de puissance apparaissant, une pour l’attaque, l’autre la défense. La première permet d’amplifier des attaques, la seconde d’utiliser le décor pour se protéger. Cela apporte plus de tactiques aux affrontements. Tout comme l’arrivée du Fatal Blow, un coup très puissant qui peut s’activer si la barre de vie passe sous les 30 %, de quoi provoquer des remontadas spectaculaires. Les modes de jeux sont très nombreux, en solo et aussi en ligne. Warner veut en faire un jeu qui se fera sa place dans les salons comme dans les compétitions de eSport.

Avis 9/10

En dehors du fait que je suis très réceptif au gore de la série, le scénario, la jouabilité, la mise en scène sont très proches du sans-faute. Je passe des heures monumentales pour le plaisir de combattre, mais aussi les nombreux bonus cachés dans le jeu. Personnalisation, illustration, items, vêtements, les collectionneurs seront aux anges.

Disponible sur PC, PS4 et Xbox One

Le coin des parents, résistez

En dessous de 14/16 ans je suis contre le fait de mettre ce jeu entre les mains de certains ados. Classifié -16 ans, il propose un très beau package d’image sanglantes et gores. Seul ceux qui ont la distance nécessaire et maîtrise un certain humour noir peuvent y jouer sans souci. Mais je vous le dis tout de suite, résister aux assauts des ados demandeurs sera difficile…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *