Incurvé, immersif et design ! Test : LG G FLEX Épisode 1/2

LG-G-Flex-Group

Depuis le temps qu’ils se font désirer, les téléphones mobiles à écran incurvés sont enfin une réalité. Il en existe 2 au monde : le Samsung Round (réservé au marché coréen) et le LG G Flex (4G), testé ici. Le premier est incurvé sur la largeur alors que le second l’est sur la longueur, s’approchant de ce que peuvent nous offrir les téléviseurs Curve. Après 6 jours sans le quitter, je vous livre mon test et mes impressions.

C’est l’histoire d’une courbe

LG G Flex FaceLG G Flex profil sur le dosLG G Flex profil face écranLe LG Flex est impressionnant avec son écran de 6 pouces. Il est plus imposant qu’un LG G2 (5,2 pouces), qu’un Note 3 (5,7 pouces) ou un HTX One Max (5,9 pouces), seuls le Sony Xperia Z Ultra (6,4 pouces) et le Nokia 1520 (6 pouces) sont plus imposants. À la différence de ces deux derniers, le G Flex qui affiche pourtant des mensurations de 160.5 mm x 81.6 mm x 7.9 /8.7 mm, n’a rien d’un objet massif. Sa finesse, son design unique au monde et son poids de seulement 177 g le rendent aérien. Certes, c’est son écran qui lui procure son originalité, mais cela n’enlève en rien le travail réalisé sur les bords d’écran ultra-fin ou encore les lignes à la fois sobres et élégantes. Il est beau tout simplement, mais je trouve qu’il lui manque une petite touche de chic. Le design incurvé est bien visible et apporte une excellente prise en main. De plus, il épouse vraiment les courbes du visage. J’ai aussi trouvé que comparé à d’autres smartphones 6 pouces, la qualité des communications était un brin meilleure.

LG G Flex VS Samsung Galaxy S4LG G Flex VS Samsung Galaxy Note 3LG G Flex VS LG G2LG G Flex VS Nokia Lumia 1520

 

 

 

 

 

LG G Flex groupe

Coque high-tech

Pas de surprise, le G Flex est totalement en plastique. Certains seront déçus, mais l’ajout de métal l’aurait certainement alourdi (l’aluminium pas sur par contre…) voir joué sur sa flexibilité. La finition est simplement irréprochable avec un assemblage nickel. Il fait vraiment solide dans la main même en le serrant très fort. À noter que s’il tombe face-écran, le sol n’entrera pas en contact direct, ce qui limite le risque de casser la façade. LG nous annonce fièrement avoir recouvert le dos du G Flex d’une couche de matière autoréparante. Son rôle est de boucher les rayures, de « réparer la coque », afin qu’elle garde toujours le lisse d’un produit neuf. Soyons clair, cette couche n’est pas faite pour vous sauver des rayures profondes faites par des clefs par exemple. Tout comme nous ne sommes pas dans un film, vous ne verrez pas en quelques secondes votre G Flex s’auto réparer avec des nanites en mouvement. Le processus se fait sur la durée et comme j’ai été plutôt précautionneux avec le modèle de test, je ne peux encore juger de la chose. Je posterai une mise à jour, si je constate une action réelle. Je le garde encore quelques jours en poche… Pour l’instant, je penche plutôt pour un bel argument marketing, mais les ingénieurs Coréens arrivent souvent à me surprendre. Le port USB et la prise jack sont sur la tranche basse, ce qui me gêne quand je branche un casque. En effet, rangé dans la poche intérieure de ma veste, je dois y enfoncer ma main pour accéder aux boutons… Détail amusant, le G FLex est vraiment flexible. Posez le face-écran et appuyez sur la coque et il devient plat ! Relâchez et il reprend sa forme originale.  Cela ne sert à rien, c’est simplement cool !

 

Cinéma de poche

lg-g-flex-dans la main regardant une videoL’écran de 6 pouces occupe une grande partie de la surface du G Flex. J’apprécie beaucoup les bords très fins comme sur le LG G2. Pour déterminer la courbure de l’écran, les ingénieurs de LG sont partis du principe que nous regardions des films à 30 cm des yeux. À partir de là, ils ont calculé la courbure idéale qui épouse le regard. L’effet se rapproche de celui que nous apporte une salle de cinéma ou un écran TV Curve, enfin toute proportion gardée bien sûr. Commençons par les choses qui fâchent ! La résolution est seulement de 1280 x 720 pixels, du 720p donc avec une densité de pixels de seulement 248 ppp. Nous sommes loin des 368 ppp du Lumia 1520. Cela se ressent dans l’affichage qui est moins fin que sur les autres ténors nomades du moment. Sur un écran de 6 pouces, cela est encore plus flagrant, mais ne boudons pas notre plaisir l’affichage reste agréable. Autre petit point faible de l’écran, un léger grain est perceptible surtout sur les gris, quasiment pas sur les couleurs et jamais sur les noirs. À 30 cm des yeux, ce grain est quasi imperceptible, il est flagrant quand l’écran est vraiment proche du visage. Le rendu des couleurs est très plaisant, elles sont chaudes et pleines d’énergie. La luminosité est excellente et le contraste quasi infini de la technologie OLED fait parfaitement son office. Les apps, les pages internet, les BD, photo et vidéo en profitent pleinement. La courbure n’est pas gênante, ne déforme pas l’affichage des apps comme des BD numérique. Par contre, les jeux vidéos et les films en profitent vraiment.J’ai vraiment pris plus de plaisir et ressenti un effet cinéma. À voir si je ne me laisse pas emporter par l’enthousiasme… Vous pourrez vous faire une idée vous même en visitant les boutiques Oranges. En effet, le G Flex est une exclusivité de l’opérateur historique. Il est proposé à partir de 229,90 € pour tout renouvellement de mobile dans le cadre du Programme Changer de Mobile sous réserve d’un engagement de 24 mois et 799,90 € en mobile seul. Enfin, ses 32 Go d’espace de stockage sont bienvenus, mais il manque tout de même un port de carte mémoire.

Suite du test…

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *