Mini et pourtant maxi addictif, Test Apple iPad Mini

Il en était presque mystique cet iPad mini, son arrivée était attendue tel le Messie au point que cela m’a donné le temps d’accumuler les a priori négatifs. Je les résumerai ainsi : Apple panique devant la succès des tablettes 7 pouces (Nexus 7, Kindle Fire HD) et suit la concurrence pour ne pas perdre de terrain, donc je n’attends rien de cet iPad mini…

Coup de foudre Gadgetophile

C’est donc avec un esprit fermé que j’ai ouvert la boite de l’iPad mini. A cet instant, en le découvrant pour de vrai, je me dis: « et m… » ! En le prenant en main, j’ai été tout de suite séduit par le design de la bête, le fruit de l’union d’un iPad et d’un iPhone 5. Le dos du mini provient de la tablette à la pomme et la face avant avec ses bords finement ciselés s’inspire fortement du dernier smartphone maison. Ici pas de plastique, de l’aluminium au toucher satiné, une petite merveille. En terme de finition, le mini est meilleur que la Nexus 7 qui m’avait déjà marqué. Associé au charme Apple, il est difficile de lui résister. L’iPad mini existe en blanc et en noir et peut être accompagné d’une smartcover à sa taille. Cette couverture est toujours aussi efficace, protégeant l’écran et se pliant pour se transformer en support. Juste un bémol, la smartcover sur le mini glisse un peu, mais rien de grave.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Technique à minima

Vous connaissez l’iPad 2, le mini est doté des mêmes capacités. Architecturé autour d’un processeur A5 double Coeur, il est fait tourner l’intégralité de la logithèque d’apps iPad, excepté ceux destinés spécifiquement au Nouvel iPad et au quatrième du nom. L’iPad mini est donc un produit puissant et qui fera le bonheur des joueurs avec des titres 3D de toute beauté, même s’ils ne sont pas Retina Display. En fait, la véritable déception avec ce produit Apple vient de la dalle IPS qui équipe le mini. Elle est de qualité, il n’y a rien à redire, couleurs chaudes, excellente luminosité, bref idéal pour regarder un film, mais avec une une résolution de seulement 1024×768 pixels, pas de vrais HD, dommage… Surtout que la Nexus 7 et la Kindle Fire HD affichent, elles un superbe écran capable de rivaliser avec les écrans Retina d’Apple. Attention, à l’usage ce n’est pas si grave, la lecture est agréable, les graphismes sont fins. Mais quand je zoome, je détecte du crénelage, chose impensable habituellement chez Apple. Le constructeur était peut-être trop pressé pour le doter d’un Retina, où peut-être souhaite-t-il garder des cartouches pour l’année prochaine. Mais déjà tel Nostradamus, je vous prédis pour l’année prochaine un iPad mini avec Retina Display et processeur A6…

Presque dans la main

Avec son format de 7,9 pouces format 4/3, le mini est un peu plus grand que ses concurrents 7 pouces sous Android. Ses dimensions sont de 134,7x200x7,2 mm et son poids de 308 g. Elle est donc plus fine et légère que les meilleures ardoises Android 7″. Elle tient bien dans une main de belle taille, mais c’est à deux que vous vous en servirez. Les bords autour de l’écran sont vraiment fins chez Apple,ce qui la rend à l’oeil encore plus aérienne, là où la Nexus 7 et surtout la Fire Kindle HD font plus trapues. Tenir l’Ipad Mini en mains, nous oblige souvent à avoir un pouce posé sur l’écran. La détection de pouce (en fait un onzième point de contact multitouch) fait la différence entre le pouce qui sert à maintenir l’iPad mini et les autres doigts qui pourront donc naviguer dans les menus et zoomer du bout des doigts. C’est tout bête, mais seul Apple le propose pour l’instant.

 

 

J’en fait quoi ?

L’iPad mini m’a séduit, j’ai toujours préféré les tablettes 7 pouces en nomadisme, plus légère et une taille suffisante pour lire un livre, des BD, des magazines au format numérique. Je profite en plus de l’immense logithèque et de l’écosystème Apple, fermé certes, mais robuste et complet. Pourtant, l’écran est un peu moins agréable que les concurrents Google Nexus 7 ou Fire HD d’Amazon, les couleurs sont un peu trop poussées et quand je zoom, je peste de voir du crénelage à l’écran. Apple nous avait habitués à mieux. Côté jeu, pas de soucis, même si le processeur


est moins puissant que le Tegra 3 du Nexus 7, il n’a pas à rougir à l’usage, loin de là.Enfin, l’autonomie est bonne 7 heures en vidéo 9 heures en usage mixte. Enfin, le fatidique Lightnning connector est présent, il va falloir s’y habituer…

 

Avis 4/5

L’iPad mini est le premier produit depuis l’iPhone 4 qui dégage un petit quelque chose, le retour du charme Apple. D’un côté je suis conscient de ses faiblesses techniques, mais la taille de son store, de ses contenus associés au design et à la qualité maison me font basculer. Son prix met la pression sur la concurrence et malgré les 100 euros d’écart avec les stars Android 7 pouces, l’iPad mini devrait en faire succomber plus d’un. Gardez en tête que l’année prochaine un iPad mini 2 sortira surement avec un écran Retina et un processeur quatre coeurs A6. Mais c’est la force d’Apple, d’anesthésier notre esprit rationnel, non ?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *