Le mannequin dopé aux anabolisants, test du Prada Phone 3.0

Il y a différentes façons de frimer, dégainer son dernier smartphone quintuple core doté d’Androïd 4.359841256633 ou se la jouer « mode » en affichant un smartphone griffé. Avec le Prada Phone 3.0 signé LG, je vais parler de la seconde catégorie.

Le cobranding est un fléau dans le monde de la téléphonie mobile. Bien souvent le résultat est surfait, quand il n’est pas insipide. Un produit sans charme, totalement artificiel, cela se sent et ne donne pas vraiment envie. Voyons donc comment le Coréen et l’Italien se sont débrouillés.

 

Coupé à l’italienne

Rien à dire sur le design du Prada Phone. De belles lignes, sobres et justes, et ce qu’il faut de courbes. Il me rappel un peu le Lumia 800 en plus grand et plus racé. L’écran 4.3″ n’est pas noyé dans des bordures trop importantes et cela s’en ressent dans la prise en main, agréable même si la coque déçoit un peu. En effet, elle est totalement en plastique, de qualité certes, mais du plastique quand même. J’espérai un peu plus de matières nobles ou des touches venues de l’univers du couturier. Le dos affiche un motif Saffiano inspiré par Prada. Légèrement granuleux, il est censé rappeler le cuir. J’aurai préféré la matière naturelle, même si elle ne vieillit pas toujours très bien. Enfin, sur le dessus les deux marques en métal qui ressemblent à des rivets sont en fait le bouton « on » et l’interrupteur de l’APN intégré. Joli, mais pour pas très ergonomique pour prendre des photos.

 

 

 

 

 

Prada de la robe aux sous-vêtements… logiciel

Il n’y a pas que le design qui s’inspire du couturier italien. L’interface aussi est contaminée. Ce smartphone donne de la classe à Android (que je trouve aussi sexy que la Mère Denis). L’interface est totalement épurée et les codes couleurs de la marque prédominent (le noir et le blanc). L’effet est très élégant, les icônes sont superbes. Malheureusement, les apps installées par vos soins voient leur logo s’afficher en couleur. Ce n’est pas grand chose, mais a mes yeux il devient plus commun, s’éloigne de l’univers Prada. Même regret sur les panneaux, les widgets installées en sus de celle pré-chargée, gâchent l’harmonie en s’affichant en couleur.

 

 

 

 

 

 

Le 100 mètres en talons…

Doté d’un processeur double cœur à 1 Ghz, le Prada Phone est aussi accompagné de 1 Go de mémoire vive. Sans atteindre la puissance d’un Galaxy SII, cet LG reste très fluide à l’usage. Que ce soit les pincements sur l’écran, les jeux ou encore le multitâche, aucun ralentissement notable à signaler. À moins de le gaver de widgets, d’avoir plus de 5 boîtes mails et de lancer 2 jeux 3D en même temps, il ne devrait pas vous décevoir. Nous avons bien là un bon smartphone haut de gamme dont les performances pures sont un peu en retrait des meilleurs, mais je ne le ressens que rarement à l’usage.

Sous le feu des projecteurs ?

Son APN de 8Mp m’a étonné, un auto focus plutôt rapide et une qualité photo au-dessus de la moyenne. Il n’atteint pas les niveaux d’un iPhone 4S mais devrait satisfaire le plus grand nombre. Le flash est puissant, idéal pour shooter sur une piste de danse. Les vidéos en 720 sont pas mal, un brin saccadés parfois, mais globalement honnêtes.

Son écran de 4.3″ affiche une résolution que de 800×480, un petit manque de finesse comparé à la concurrence. Par contre, il est très lumineux et offre des couleurs vives, pour une image globalement sans reproche. À noter que l’app de lecture vidéo supporte les Divx nativement, un vrai bonheur. Tout juste entaché par un espace de 8 Go de stockage, cela limite nos possibilités d’y copier des films. Mais heureusement à la différence du Lumia 800, un port de carte micro SD est présent sous la batterie.

Le tout affiche une autonomie plutôt correcte, vous ferez une journée pleine sans data. Un peu plus d’une demi-journée en usage mixte 3G/Voix/apps.

Avis 4/5

LG signe là un co-branding réussi. Des idées intelligentes, des performances hauts de gamme et un design soigné. Même si la coque tout plastique me déçoit, cela permet d’afficher un smartphone à un prix équivalent au Galaxy SII. Un positionnement plus intelligent que d’en faire un simple smartphone de niche comme les Vertus tout en respectant en partie la philosophie de la marque. Perso j’adhère et  change du Galaxy ou du HTC de monsieur Tout-le-Monde, non ?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *