Le smartphone du prochain James Bond ? Test exclusif Asus PadFone

Q, le grand maître des gadgets de l’agent 007 risque de prendre sa retraite, remplacé par le Taïwanais Asus ! Le PadFone est la dernière création du constructeur. Alors que beaucoup d’autres tentent vainement de concurrencer Apple et son iPad, il cherche plutôt à innover, étonner. Après la Transformer, la tablette polymorphe qui peut prendre l’aspect d’un netbook, le PadFone se métamorphose du smartphone à l’ardoise à l’ordinateur portable !

 

Du charme et de l’élégance, mais un air de déjà vu..

Le PadFone se compose de 3 éléments, un smartphone, une tablette et un dock clavier/batterie. Les deux derniers partagent le même design que la Transformer, avec de jolies courbes, une coque au touché granuleux et agréable. Seule différence, le PadFone affiche une protubérance dans son dos. C’est là que se range le smartphone. Le combiné affiche les mêmes lignes que les autres éléments et encore une fois on apprécie le toucher qui pour une fois n’est pas lisse. Si le téléphone est assez original, je regrette qu’il n’y ait pas plus d’innovation esthétique. Asus fait le service minimum, réussi certes, mais minimum quand même… La prise en main est bonne, même si avec 9,2 mm le mobile se révèle un peu épais.

Beau et puissant comme un camion tout neuf
Si le PadFone affiche un look sympa, il est aussi bien doté. Le smartphone avec son écran de 4,3 pouces affiche une résolution de 960×540 pixels. De très bonnes factures, j’ai apprécié l’excellent angle de vision, mais soyons clair, il n’a pas la finesse d’affichage d’un Retina Display ou de l’écran du HTC One X. Le processeur est un Qualcomm S4 cadencé à 1,5 Ghz, associé à 1 Go de mémoire vive. Les benchs lancés sont assez impressionnants en puissance brut. Si Android tourne à merveille, cela est aussi le cas des apps. Par contre, pour les jeux, il faut encore attendre pour que les plus beaux titres 3D soient disponibles pour ce processeur.
La tablette affiche une taille d’écran de 10,1 pouces pour une résolution de 1280×720 pixels, idéal pour regarder un film en HD. De qualité, l’affichage est dans la moyenne supérieure du genre, mais j’aime en demander toujours plus. Par contre, il est très réfléchissant, en plein soleil il devient cauchemardesque.

 

 

Jeu de briques
Le smartphone est le cœur du système du Padfone. Il intègre la puissance de calcul, la mémoire vive et de stockage (ici 16 Go). La tablette ne dispose que de son écran et des circuits électroniques pour faire vivre les ports HDMI, USB, de carte mémoire et l’écran. Seule, elle ne sert à rien, il faut y insérer le smartphone. Une petite trappe s’ouvre à la demande pour y loger le mobile (la connectique USB et mini HDMI du téléphone fait le lien avec la tablette).  Pour l’utilisateur c’est totalement transparent, je passe du mode tablette au mode smartphone sans y penser. Pas besoin de procédure particulière, tout se fait à chaud et j’admets que j’ai tripé. Surtout quand en déplacement j’ai eu besoin d’écrire un long texte, clic-clac,avec le dock clavier j’ai un PC portable dans la main.
Android joue son rôle : apps , menus, widgets sont bien séparés entre celles dédiées au téléphone et celles à l’ardoise. L’usage est sinon très classique, un beau produit Android rien de plus.

 

 

 

 

En mission, 007 ou Inspecteur Gadget ?
Un des aspects les plus plaisants avec ce bébé est son autonomie. Comptez environ 8 heures pour le smartphone en usage mixte, environ 9 heures pour la tablette et le dock clavier apporte 10 heures de plus. Au total, me voilà avec une autonomie d’un peu moins de 30 heures, comptez au total 3 heures de moins en lecture vidéo HD. Le système est intelligent, la batterie du dock est utilisée en priorité, puis celle de l’ardoise et enfin celle du smartphone. Et que faire quand je lis le journal sur la tablette et que le téléphone sonne ? Le stylet qui accompagne le PadFone n’est pas là que pour dessiner ou prendre des notes. Il sert surtout de kit mains libres. Le téléphone sonne et vous attrapez le stylet pour répondre. Cela n’a l’air de rien et pourtant me fait fondre. J’adore le concept et pour ne rien gâcher il est très efficace. Enfin, tant que vous restez à moins de 2 mètres de distance, au-delà les grésillements rendent l’écoute catastrophique.
Vous l’aurez compris, j’aime le PadFone et j’assume sans complexe. Le gain d’espace n’est pas négligeable (l’équivalent d’un netbook en volume réunit 3 éléments). Le prix est très agressif. Comptez 699 euros pour le couple smartphone/tablette et ajoutez environ 200 à 250 euros pour le dock clavier et le stylet (prix non définitif). Par contre, le stylet mériterait d’être dans le pack de base, dommage…  En gros, pour le tarif d’un smartphone haut de gamme nous avons 2 ou 3 appareils ! Qui dit mieux ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avis 4/5
Que ce soit en usage pro ou ludique, j’ai apprécié de passer d’un mode à l’autre sans jamais me poser de questions. Les performances sont au rendez-vous tout comme l’autonomie. Le PAdFone est un investissement rentable financièrement tout en étant très fun. Dommage qu’Asus ne se soit pas foulé sur le design reprenant celui du Transforemr. L’essayer c’est l’adopter. Par contre, si vous êtes un junkie aux derniers gadgets à la mode, il vous lassera vite et il mérite mieux que ça…

 

Fiche technique :

PadFone
• Android 4.0 Ice Cream Sandwich
• Écran 4.3” (960 × 540) multi-points
• Processeur Dual-core (1.5 GHz) Qualcomm S4
• Stockage 16/32GB  + port microSDHC
• APN 8MP LED flash
• Batterie 1520 mAh

• 128 × 65.4 × 9.2 mm
• 129 g

Station
• Écran 10.1” (1280 x 800) multi-points

• APN 1.3MP AVANT

• Batterie 6600mAh
• 273 × 176.9 × 13.5 mm
• 724 g (seule)

Station Dock
• 2 × USB 2.0
• 1 × Card Reader (MMC/SD/SDHC)
• 271 × 185 × 28 mm
• 640g
• Batterie 6600mAh
Stylet Headset
• Bluetooth 3.0
• 7 heures en communication, 10-jours en veille