Yankee, Indien et surtout Assassin… Test Express : Assassin’s Creed III

La série des Assassin’s Creed m’a donné beaucoup de plaisir. Certes, le dernier opus, sympa mais sans plus, m’a un peu laissé sur ma faim… Le troisième opus de la saga débarque enfin. Oubliez le Vieux Continent et le Moyen-Orient et partons pour le Nouveau Monde, en pleine guerre d’indépendance…

Le PITCH

 

Après Altaïr, Ezio et Desmond, Connor est le dernier né de cette glorieuse famille d’assassins. À moitié indien, son but premier est de protéger son peuple des vils visages pâles. Emporté par le torrent de l’Histoire, il se retrouve mêlé à la guerre centenaire entre Templiers et Assassins et surtout le conflit naissant sur le continent : la guerre d’indépendance américaine ! Encore une fois, UBI SOFT présente un jeu au scénario riche et captivant. Les phases de jeux sont entre coupées de cinématiques simplement somptueuses. Chacune nous plonge encore plus dans la trame scénaristique, mêlant ésotérisme, politique et société secrète. Placer cet épisode en pleine guerre d’indépendance nous donne un superbe terrain de jeu aussi bien pour l’histoire que l’action.

Les acteurs jouent bien ?

Ce titre est une belle réussite pour ceux qui aiment les jeux beaux et offrant une très grande surface de jeu. Trois zones sont proposées, Boston, New York et la frontière, une vaste zone sauvage. Les deux premières profitent d’un travail historique extraordinaire (à lire sur Slate un excellent article sur le travail de recherche  http://bit.ly/Ug4cLy). Très bien modélisés, nous avons vraiment l’impression de nous trouver dans les villes de l’époque. L’ambiance visuelle et sonore a été particulièrement soignée. La zone sauvage, la frontière, quant à elle est une une petite merveille, arbre, herbe, rivière, paroi rocheuse, nous avons à notre disposition une surface de jeu monumentale et jouissive ludiquement parlant. Jusqu’à présent, nous avons incarné un Assassin dans des villes, mais la nature n’aime pas les lignes droites et il faudra réapprendre à jouer. Slalomer entre les arbres, escalader une surface rocheuse, tout cela est nouveau et nous fait vivre une nouvelle expérience de jeu. Rafraichissante, elle ne trahit pas la philosophie de la série avec une prise en main souple et ludique. Il faudra juste réapprendre à jouer… Petit plus, se battre au sabre ou hachette indienne et au pistolet est un vrai bonheur. Le mode online est assez sympa. Je n’ai pas passé beaucoup de temps dessus, pour moi un Assasin’s Creed est avant tout un plaisir solitaire…

La réalisation donne quoi ?

Le moteur graphique a été légèrement amélioré, le rendu est plus fin, plus riche même si de petits bugs d’affichages apparaissent parfois. La mise en scène est magistrale, les villes, la Frontiére sont des petits bijoux de modélisation. Les décors s’adaptent parfaitement aux différents types de missions, de la filature, aux batailles rangées en passant par l’infiltration. Les paysages sous la neige sont une vraie réussite, en jouant, je sens presque le froid engourdir mes doigts. Une phase de jeu se trouve être des batailles navales, c’est plaisant et surtout très beau. Bref, une réussite technique, si on excepte de petits bugs qui gâchent un peu la fête. Motion spéciale pour la bande-son, et un mixage 5.1 de toute beauté, le jeu parfait pour profiter du Dolby Digital.

 

AVIS 5/5

Ce nouvel épisode me transporte de plaisir vidéoludique. Aucune raison qu’il ne vous séduise pas sauf si vous n’avez aucun gout, une allergie aux jeux intelligents, une contre-indication médicale ou simplement, que vous n’aimez pas les jeux d’Aventure/Action. Dans ce cas, je ne peux rien faire pour vous, mais vous ratez quelques choses. Enfin, pour les accrocs de la série, une Edition Collector avec une reproduction de la hachette  indienne de Connor, qui dit mieux ?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *