La JBL Charge 5 est une enceinte Bluetooth qui promet beaucoup, un son exceptionnel, une autonomie record dans une jolie armure protectrice. Voyons maintenant si les promesses sont tenues.

Le produit a été testé avec un exemplaire prêté par JBL.

Design de la JBL Charge 5 : aussi séduisante que robuste

Crédits : Yazid Amer – Nomade Urbain

JBL soigne la robe de son enceinte avec un design en cylindre, mais un cylindre très pulpeux. Il affiche des courbes que certains pourraient juger excessives, mais pas nous.

Crédits : Yazid Amer – Nomade Urbain

Le produit est habillé d’une robe en tissus acoustiques à maille épaisse et se termine par des inserts en caoutchouc (de la même couleur que le tissu) aux extrémités, et diverses positions stratégiques. Leurs rôles sont autant esthétiques, protecteurs, qu’antidérapants.

Crédits : Yazid Amer – Nomade Urbain

Le choix des matériaux et la fabrication sont d’excellent niveau et permettent d’obtenir une certification IP67. Ce qui lui assure une résistance à l’eau, voir une immersion jusqu’à un mètre durant 30 minutes. La Charge 5 est un gros bébé de 22 x 9,6 x 9,3 cm pour 960 g. Nous sommes dans le haut de la catégorie question encombrement.

Crédits : Yazid Amer – Nomade Urbain

Les boutons de commandes sont placés sur la partie supérieure. Nous avons un produit plutôt joli, qui se décline en 9 coloris, du noir, au rouge, en passant par le bleu, le blanc et camouflage. Nous apprécions beaucoup le gros logo JBL qui reprend la couleur du tissu et qui est délicatement surligné de l’orange symbole de la marque. Une véritable baroudeuse qui en plus se nettoie assez facilement.

L’Audio de la JBL Charge 5 : une conception robuste et intelligente

L’enceinte est architecturée autour de deux transducteurs de tailles et de formes différentes. Ainsi, le modèle le plus grand (oblong de 9×5 cm) est pensé pour les médiums/basses. Il partage le même volume d’air que les deux radiateurs passifs latéraux.

Les trois travaillent de façon synchronisée, avec en théorie une restitution des basses de bon niveau. Le tweeter sera chargé plus précisément des aigus, hauts et moyens médiums. La configuration sonore physique est robuste et devrait faire ses preuves. Surtout qu’elle est épaulée par deux amplificateurs, le premier de 30 Watts et le second de 10 Watts.

Les connectiques de la Sony Extra Bass SRS-XB23 : minimalisme

Ici, le Bluetooth est roi en version 5.1 et avec les codecs A2DP 1.3 et AVRCP 1.6. De plus, la Charge nous propose en sus la connexion multipoint, avec la bascule automatique sur la connexion avec un flux entrant. Le Bluetooth est d’ailleurs très stable et nous avons noté peu de microcoupures intempestives. La portée en extérieur est de 10 à 12 mètres, en intérieur comptez plus 5 à 8 mètres. Pas de prise jack, mais au dos vous trouverez le port de charge USB3-C et un cache en caoutchouc qui camoufle un port USB standard pour recharger un autre appareil.

L’ergonomie et l’app : simple et efficace

Les boutons sur la partie supérieure sont de très belles tailles et leur rôle est identifiable au premier coup d’œil. Il maque des commandes pour sauter une piste ou revenir en arrière. Pour le premier cas, un double appui sur le bouton lecture suffira, pour le second cas il faudra passer par cotre smartphone. Inutile d’exercer une pression forte pour activer une commande, sauf pour ceux dédiés à la mise en marche et le Bluetooth. Ces derniers doivent subir un appui fort, ce qui évite de les activer par accident. Le produit fait son poids, mais en compensation, il affiche une excellente prise en main. Elle se positionne aussi bien à la verticale qu’à l’horizontale, affichant une stabilité sans faille dans toutes les situations, ou presque.

L’app JBL Portable est très efficace et va à l’essentiel. Elle donne accès à un égaliseur trois bandes, le niveau de la batterie. Le mode Party est un classique chez le constructeur. En effet, il permet d’associer deux enceintes pour une écoute en stéréo. Nous avons fait le tour de l’app et c’est amplement suffisant pour une enceinte.

Le rendu audio de la JBL Charge 5 : elle met des paillettes dans nos oreilles

Crédits : Yazid Amer – Nomade Urbain

À l’écoute, nous finissons par ne plus regretter les 960 g de la bête. En effet, nous profitons d’un rendu sonore qui fait frémir de plaisir. Ainsi, les aigus sont délicats, incisifs sans être tranchants. Les médiums profitent d’un traitement particulièrement réussi avec une belle puissance et les voix sont les premières à en profiter. Les instruments également, mais ce sont les paroles qui en tirent les premiers bénéfices.

Crédits : Yazid Amer – Nomade Urbain

Le cas des graves est à souligner, car le trio que compose les deux radiateurs passifs et le haut-parleur réalisent un excellent job. En effet, les basses descendent profondément, sont joliment rondes, presque soyeuses à certains moments. Toutefois, elles ont du mal à occuper tout l’espace qui leur est dû et manquent parfois d’impact.

Crédits : Yazid Amer – Nomade Urbain

La scène sonore n’est pas la plus large, mais elle sait occuper son espace. Elle a du coffre, ce qui permet d’en profiter sur un rayon de plusieurs mètres, même dans un lieu bruyant. Nous avons une belle précision, les détails sonores sont bien là. Toutefois, on notera juste que les basses et les médiums ne sont pas aussi précis que nous aimerions, au profit justement de l’espace sonore occupée par l’enceinte.

N’hésitez pas à jouer avec l’égaliseur pour affiner le rendu. Car, au quotidien, tant que vous êtes à 60/70 % du volume, le son reste très équilibré. À haut volume, les basses sont fortement atténuées et cela se ressent immédiatement. Enfin, n’espérez pas un son à 360°, il faut rester en face pour en profiter pleinement. Pensez-y avant de la positionner.

L’autonomie de la :

Bonne nouvelle, nous avons atteint les 24/25 heures alors que JBL annonce 20 heures, Notez qu’il faut tout de même 4 à 4 h 30 pour une recharge complète. Nous avons fait varier le volume de 20/30 % à 80 % et la perte d’autonomie est d’environ 4 à 6 heures. Toutefois, à 30 % le rendu est déjà puissant.

Crédits : Yazid Amer – Nomade Urbain

Vous vous souvenez du port USB sous un cache au dos du produit ? Connectez-y un smartphone, ou autre, et la JBL Charge 5 lui fera don de son énergie. Soyez raisonnable, si vous rechargez un smartphone entier, l’autonomie de l’enceinte baissera radicalement. En moyenne, après avoir rechargé un mobile, vous conserverez une dizaine d’heures d’autonomie.

Disponibilité et prix

La JBL Charge 5 est disponible en Forest Green, Red, Squad, Pink, Teal, Blue, Black, Grey et Blanc, au prix de 195,99 euros, sur le site du constructeur et les revendeurs partenaires.

Disponible chez :

Photos : Yazid Amer – NomadeUrbain.fr

JBL Charge 5 : mon avis

JBL signe ici une excellente enceinte nomade Bluetooth. Elle a du style et se décline en 9 coloris pour ceux qui aiment avoir le choix. Très bien conçue et fabriquée, elle est autant résistante qu’étanche et vous accompagnera vraiment partout. Au bord de la piscine, d’un lac, poussières et eau ne lui font pas peur. Le rendu sonore est de très bonne qualité pour une enceinte portable. Nous avons un bel équilibre, des fréquences qui savent se faire entendre sans se marcher sur le pied. Il y’a de la puissance, une belle restitution et en plus son autonomie est renversante. Sans compter qu’elle peut vous sauver la mise en rechargeant votre smartphone. Une référence comme nous aimerions en avoir plus.

JBL Charge 5

195,99 €
4.6

Design

4.8/5

Ergonomie

4.3/5

Connectivité

4.5/5

Qualité Audio

4.8/5

Autonomie

4.8/5

Les Plus

  • Design
  • Résistance à l'eau, poussières et chacos
  • Très bon rendu audio avec un bel équilibre
  • Le Bluetooth multipoint
  • Autonomie

Les Moins

  • Pas de micro pour en faire un kit mains-libre
  • Pas de connectique jack
  • Il faut rester en face pour en profiter au mieux
  • Pas de bouton retour arrière