Si vous avez terminé Red Dead Redemption II et que l’univers western vous manque. Alors, arrêtez tout pour découvrir Desperados III. Par contre, préparez-vous à plus utiliser vos méninges que vos réflexes.

Le scénario, rien ne vaut les classiques

L’aventure commence en incarnant un enfant nommé John Cooper qui suit à la trace son chasseur de prime de père. Une première mission qui sert de didacticiel. Puis nous faisons un bon en avant dans le temps, alors que John est devenu adulte et suit les traces de son géniteur. Il va parcourir les États-Unis à la recherche d’un dangereux malfrat qui manipule toutes les sales affaires de l’ouest sauvage. Un bon scénario de western, avec les stéréotypes classiques qu’au final nous aimons tous retrouvés, du bon, de la brute au truand en passant par la charmeuse.

Gameplay, tactique en toute simplicité

Au maximum vous gérez deux personnages en même temps, John et un de ses acolytes, hommes ou femmes. Chacun a ses compétences propres, capable de charmer un garde ou de l’attirer en sifflant ou encore en jetant une pièce d’argent pour détourner l’attention des mêmes gardes. Car le maître mot ici est l’infiltration. En cliquant sur chaque garde, vous avez affiché son champ de vision, à vous d’exploiter cela à bon escient. Cela n’empêche pas quelques joyeuses fusillades, mais si vous jouez à la bourrin vous n’avancerez pas beaucoup.




La prise en main est très simple et l’ensemble se joue en temps réel. Une fonction permet de figer le temps et de programmer des actions pour chacun de vos personnages. Cette fonction disparaît dans le niveau de difficulté le plus élevé. À vous d’apprendre à maîtriser les compétences de chacun et de les exploiter de la façon la plus complémentaire possible.

La technique, une maîtrise immersive

Le jeu est en 3D isométrique et je dois admettre que j’ai craqué devant la beauté de ce titre. Rien extraordinaire, mais le soin apporté aux détails, des modélisations 3D aux textures. Il y’a une belle diversité de lieux et chacun des environnement est travaillé avec soin L’animation est nickel et aucun bug n’est venu gâcher notre plaisir. À la rigueur quelques petits soucis de superposition de texture entre décor et personnages, mais cela restent rares. La bande-son n’a rien d’original, mais fait le job. À noter que les voix des acteurs sont vraiment convaincantes et assez stéréotypées pour nous immerger encore plus dans le jeu.

Avis 4/5

Les jeux tactiques sont parmi mes préférés et Desperados III me comble totalement. L’univers, le scénario tiennent la route. Les 16 missions sont complété par un mode Défis qui apporte plus de longueur de vie. Pour un jeu à 30 euros, le contenus est assez riche pour ne pas se sentir blousé. Enfin, la difficulté est assez élevée mais sans être excessive. Il faut juste apprendre à sauvegarder régulièrement, la clé du sucés… Enfin petit regret, nous sommes face à un Western très sage, pas de sang, langage relativement correct, il manque un peu de poussière et de saleté.

Desperados III, Mimi Games et THQ Nordic, PS4, PC et Xbox One, 29,99 euros

Photo : DR

Laisser un commentaire