La série vidéoludique qui vous met dans la peau de hackers débarque dans un troisième opus. Watch Dogs Legion se veut plus sérieux, traite de sujets très actuels et à une résonnance particulière en nos temps troublés.

Le scénario, Watch Dogs Legion plongée dans le Londres de demain !

Je suis de ceux qui ont adoré le côté décalé, l’humour et les nombreuses références à la pop culture du second opus. Ici, nous quittons la côte ouest pour un Londres bien plus sérieux. Ainsi, alors que le groupe de hackers au grand cœur Dedsec tente d’arrêter un attentat de grande ampleur. Le voici piégé et après la catastrophe, il devient l’ennemi public numéro 1. Au passage, les gangs, comme les entreprises de sécurité privées prennent leurs aises dans la capitale britannique ! Une petite inspiration du comics V pour Vendetta toujours aussi conspirationniste et surtout plausible.

Agent du Dedsec, vous allez devoir recruter de nouveaux membres pour réhabiliter votre organisation, faire jaillir la vérité et au passage éliminer les forces qui veulent voler leurs libertés aux citoyens. Nous retrouvons donc les luttes contre les corporations, mais avec ici une scénarisation sur un fond complotiste qui fait frissonner, car des plus probables. Pourtant, au fil du jeu vous vous rendrez compte que la trame principale comme les quêtes secondaires sont au final très classiques. Vous n’allez pas crouler sous les scènes surprenantes, mais elles sont toutes réalisées avec brio. Ce qui compense la légèreté du scénario et du “jeu” des personnages qui arrivent difficilement à se rendre attachants.




Le Gameplay, du classique peaufiné à l’extrême

Votre premier objectif est de recruter de nouveaux membres. Vous pouvez les piocher au hasard dans la rue, ou demander à Bagley l’IA de Dedsec, de vous faire des suggestions. Si le nombre est important, c’est encore plus intéressant de convertir des personnes avec des talents utiles voir uniques. Le processus de recrutement est toujours le même. Vous interpellez verbalement votre cible, elle vous donnera une mission que vous devrez réussir pour qu’elle vous rejoigne. Certaines personnes sont plus hostiles que d’autres à Dedsec. Il vous faudra alors prendre le temps de sonder plus en profondeur ses ressorts intellectuels, psychologiques avant d’agir.

L’ensemble se gère très facilement, autant que le processus de Aquin. Dès que vous avez un objet connecté à proximité, vous pouvez en prendre possession. Le génie d’Ubi Soft est d’avoir modélisé des missions aux multiples possibilités de réussites. Que ce soit en hackant, en jouant de déguisement ou de combats, il y a de multiples façons d’avancer. Rien de révolutionnaire, mais je trouve l’ensemble très bien pensé et réalisé. L’ergonomie est particulièrement soignée, pour rendre chaque action naturelle. Je note que les combats sont bien restitués et très dynamiques, comme l’ensemble du titre.

La technique, perfectible et pourtant captivante

La première personne qui critiquera la reconstitution 3D de Londres est tout simplement bonne pour le bagne. Il ne faut pas mentir ! Ici, nous avons une ville très bien rendue, grouillante de vie. L’animation est fluide malgré la richesse des objets présents.

La direction artistique est vraiment fabuleuse. Je ne parle pas des jeux de lumière, de la mise en avant de la ville. Mais bel et bien des détails, tags, panneaux, affiches, tenues des personnes tout est là pour nous donner l’impression d’être dans le véritable Londres. Malgré l’omniprésence des éléments technologique comme la publicité en RA ou les Drones qui vous transportent partout dans la cité.

Là où Watch Dogs Legion fait moins le fier, c’est dans l’expression des visages, l’animation parfois un peu saccadée et des interactions avec des véhicules peu crédibles. Notez que testé sur Xbox One Series X, nous n’avons pas vraiment l’impression d’avoir un jeu Next-Gen, la faute peut être au moteur du jeu développé pour la génération précédente de console.

Watch Dogs Legion, mon avis

J’ai passé du bon temps sur ce jeu. Il est riche, offre une belle variété d’action et se révèle dynamique de bout en bout. Le Londres futuriste est simplement bluffant de réalisme et donne envie d’explorer toutes les possibilités qu’offre le jeu. Cela compense les faiblesses scénaristiques et techniques. Vous allez vous amuser, mais sans passion dans les yeux.

Version testée : Xbox Series X