La saga des Yakuza reste une de mes préférées et cela depuis le premier opus. L’arrivée d’un nouveau titre me fait donc frétiller d’impatience. Surtout qu’ici la formule change. Si l’univers est le même, Yakuza Like a Dragon passe du jeu d’aventure-action au jeu de rôles.

Le scénario, Yakuza Like a Dragon une immersion totale

Ichiban Kasuga est un yakuza de bas étage qui se sacrifie pour le bien de sa famille. Après 18 ans de prison, il se rend compte qu’il est passé par perte et profit. Vous allez donc prendre en main sa vie et déambuler entre intrigues, trahisons et meurtres. Comptez pourtant sur la personnalité de notre héros, totalement ravagé, mû par une loyauté et une bonté sans faille. Les scénaristes ont encore une fois réalisé un travail d’orfèvre avec une intrigue complexe, qui nous projette dans l’univers des yakuzas.

Ils se sont d’ailleurs un peu plus amusés, en rendant l’ambiance globale moins noire en ajoutant de nombreuses touches d’humour. Elles ne sont pas excessives, font sourire et n’empêchent pas d’enchaîner sur des moments bien plus émotionnels. Un équilibre que je trouve parfait. Et comment ne pas fondre devant la réalisation des cinématiques qui est un véritable bonheur cinématographique ? Chose amplifiée par l’apparition à l’écran de nombreux acteurs.

Le Gameplay, RPG style

De l’action aventure, où chaque coin de rue de Tokyo était l’occasion d’une bonne baston et d’exploser la manette de sa console. Yakuza Like à Dragon passe au RPG pur et dur. Cela risque d’en désarçonner beaucoup, mais je vous conseille de ne pas fuir. En effet, les combats se font maintenant en équipe, ce qui permet par exemple de lier les compétences de chaque combattant, pour des attaques coordonnées ou des combis dévastateurs.

Ce titre explore des traits de caractère très « humains » comme la passion le style, la gentillesse, en plus des classiques force, agilité, dextérité… Cela permet au fil des échanges et des combats de faire naître un véritable esprit de corps dans le clan et donne accès au fil des complicités naissantes à des techniques originales. Les combats se font donc au tour par tour, mais restent très dynamiques. En effet, au cours des affrontements, nos avons des séquences de QTE (suite d’action à suivre sur la manette) pour amplifier ses effets ou réagir à des incidents environnementaux (voiture fonçant sur vous, objet tombant sur vous…).

Je suis vraiment bluffé par l’équilibre et la profondeur du système. Le reste du titre est très classique dans sa mécanique comme dans les phases de déplacement. Seul reproche, beaucoup d’opérations répétitives sont à effectuer pour progresser. Un peu trop lourd par endroit, comme les pics de difficultés inattendus qui cassent la fluidité de la progression.




La technique, objectif immersion nipponne

Le Dragon Engin est le moteur qui anime le jeu. Il nous offre une sublime restitution de la ville de Yokohama, reproduisant fidèlement entre autre, le quartier de Isezaki Ijincho. La ville grouille de vie et cela en toute fluidité, même si vous remarquerez très vite que les citadins ont des comportements très répétitifs.

Si les environnements sont de très bon niveau, les visages eux sont un peu en retrait comparé aux meilleurs standards de l’industrie. Cela n’empêche pas le moteur de restituer de belles expressions faciales, c’est le manque de détails qui me chagrine un peu. Surtout pour un jeu disponible sur Xbox Series X… Testé sur cette machine, je dois admettre que l’animation est sans faille, aucun lag à l’horizon en 4K. Le titre rattrape ses faiblesses technologiques par une direction artistique somptueuse. Il y’a ici un véritable respect, une passion du film de Yakuza, qui habite de bout en bout le jeu.

Yakuza Like a Dragon, mon avis

Peut-être pas le jeu qui marquera les esprits alors que les consoles Next-Gen débarquent en force. Pourtant, retrouver toute la maestria de la saga Yakuza dans un RPG aux combats en tour par tour très dynamique est un plaisir de gourmet. Vous aimez l’univers des Yakuzas, les films japonais sur le sujet, alors rater ce jeu est un peu rater votre vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *