Une série se basant sur des sorcières adolescentes, qui servent dans les forces armées américaines. Cela a tout sur le papier de la série pour ado, boosté au féminisme militant comme Netflix en fait au kilomètre. Pourtant, ce pitch traité de façon plus adulte, comme le fait Amazon Prime Video, cache une pépite.

Le scénario, à la Netflix sans excès d’hormones adolescentes

Motherland: Fort Salem est une série se situant dans un univers dystopique. Les sorcières ont signé un pacte avec le gouvernement américain. Elles ne sont plus chassées et massacrées et sont intégrées dans les forces armées américaines au sein du camp d’entraînement de Fort Salem.

Un schéma qui sera repris par la majorité des empires sur la planète. Presque arrivés à l’âge adulte, les sorcières et sorciers deviennent des conscrits de la magie. Nous allons suivre les aventures de trois élèves aux profils très différents. Or le monde n’est pas en paix, une organisation terroriste veut renverser l’ordre établi et use pour cela d’attentats aussi magiques que meurtriers.

Le rythme, Motherland : Fort Salem, les sorcières mènent la danse

Le premier épisode pose les bases et la série prend du temps pour vraiment démarrer. Les protagonistes sont caricaturaux, mais sans excès, nous comprenons vite leur rôle. Il y’a toute une trame d’amitié, de haine et d’amour qui se crée. Pourtant, nous ne tombons pas dans les débordements émotionnels. Nous sommes dans l’armée et si les émotions peuvent s’exprimer, ces femmes doivent apprendre à les gérer. Le passage de l’adolescence à l’âge adulte est ici très bien traité. J’avais peur d’une énième création tellement féministe que le message rend indigeste l’œuvre.




Que nenni, ici, nous sommes dans un environnement matriarcal et donc rien de choquant à l’omniprésence féminine. Certes, nous avons droit à quelques sorciers, qui restent secondaires. Situation traitée avec soin, pas de message globalisant, juste un état de fait. Idem sur la sexualité. Le lesbianisme, l’homosexualité, la bisexualité, sont traités comme ce qu’ils sont, une normalité, personne ne pose de question. Le sexe est un puissant générateur d’énergie magique, renforçant l’intérêt de cette activité, sans pourtant tomber dans le voyeurisme gratuit. Nous avons des femmes fortes qui sont à la bonne place au bon moment et sont libres de leur choix… Enfin autant que peuvent l’être des militaires.

L’intégration de ces messages encore une fois est bien pensée, dosée. Elle démontre que les jeux de pouvoir restent les jeux de pouvoir, au-delà des clichés. C’est cette cohérence qui rend tout cet univers.

La technique, efficace, sans être magique

J’aime beaucoup le panel d’actrice, surtout les jeunes élèves qui s’immergent dans leur rôle sans difficulté. Toute la fragilité d’adolescente qui rencontre un monde dur et militaire est déclinée au gré des caractères. Les effets spéciaux sont efficaces et la série n’abuse pas de la magie. Elle l’affiche quand c’est nécessaire et pas juste pour occuper le spectateur. Si la réalisation ne brille pas par sa sophistication et son originalité. Elle est propre, professionnelle et profite de quelques moments vraiment réussis esthétiquement parlant.

Infos

  • 10 épisodes de 50 minutes
  • Première diffusion en France le 10 Décembre sur Amazon Prime Video et dans le monde le 18 Mars 2020 sur FreeForm
  • Diffusion actuelle en France : Amazon Prime Vidéo

Photos : Amazon Prime Video

Laisser un commentaire