Avec Musicstart, la SACEM prend le train des NFT en les mettant aux services des créateurs indépendants qui veulent diffuser et pourtant protéger leur création.

Musicstart :

Aujourd’hui, les créateurs de musique peuvent écrire, composer, diffuser et même promouvoir leurs œuvres en utilisant les multiples plates-formes de partage et de diffusion numériques. Reste que tout travail mérite salaire, un concept qui semble étranger à une partie du web qui nie la protection des droits des créateurs. Or qui dit rémunération dans l’univers de la musique, dit Sacem.

LeNomade | Nomade Urbain

Musicstart est un service 100 % digital qui permet de générer facilement une preuve d’antériorité d’une création grâce à la technologie blockchain. Les utilisateurs renseignent les principales informations sur leur création, transmettent le fichier associé (paroles, partition, musique) et reçoivent un certificat d’antériorité, lié à une empreinte infalsifiable dans la blockchain, utilisable en cas de litige.

Il s’adresse à tous les créateurs, novices ou experts, beatmakers, bedroom producers,… et notamment à ceux qui ne sont pas encore membres d’un organisme de gestion collective tel que la Sacem.

Deux offres tarifaires sont proposées afin de répondre aux besoins de chacun :

LeNomade | Nomade Urbain
  • Protection à l’acte (un seul fichier) : 3,99 €
  • Abonnement mensuel (nombre illimité de protections) : 4,99 € par mois
    (sans engagement)

Le service évoluera dans le futur selon deux axes : l’internationalisation avec l’ajout de nouvelles langues et devises, et la possibilité d’ajouter des co-créateurs et leurs identifiants IPI ; puis leurs parts respectives dans l’œuvre.

Enfin, dans une démarche écoresponsable, Sacem a choisi d’utiliser Tezos. Cette blockchain est économe en énergie grâce à son mécanisme de consensus qui repose sur la preuve d’enjeu. Cette technologie permet une validation des transactions peu énergivores.

LeNomade | Nomade Urbain

Une démarche que l’on ne peut que saluer. Elle apporte des protections aux créateurs qui veulent faire connaître leur œuvre, sans se les faire piller.

Source : Sacem

Photos : DR