Voir revenir un héros vidéoludique de notre enfance après des années d’absence est à la fois excitant et source d’inquiétude. L’appel de l’argent facile fait parfois faire n’importe quoi aux éditeurs. Activision ne tombe pas dans le piège avec un Crash Bandicoot 4 : It’s About Time qui ravive la flamme comme jamais.

Scénario et gameplay, marsupial & Cie

Les docteurs Neo Cortex et Nefarious Tropy ont décidé de mettre la pagaille dans le multivers en mélangeants l’ensemble des univers parallèles. Le marsupial le plus connu du jeu vidéo et sa petite sœur vont donc tout faire pour leur damner le pion. Il faut admettre que le retour de Crash Bandiccoot me faisait un peu peur. Activision a parfois tendance à trop tirer sur ses licences, surtout celles endormies durant des années. Après quelques minutes de jeu, je suis rapidement rassuré. Je déguste ce qui fait le sel de la série, la vitesse !

Avec en plus, un univers chaotique et délirant qui donne autant le sourire, qu’il m’oblige à rester concentré. Dans un même niveau, les différents univers se croisent, se rencontrent, ce qui rend les déplacements encore plus dangereux. Sauter d’une plate-forme située dans un univers pour retomber sur la suivante dans un autre univers est aussi dangereux que ludique. Rassurez-vous, nos héros jouissent de nouveaux pouvoirs pour affronter le chaos ambiant. Je vous laisse les surprises, car il y’a vraiment de quoi s’amuser.




Technique et plaisir, du charme mais une technique inégale

Techniquement Activision a mis les petits plats dans les grands. Des graphismes soignés qui épousent parfaitement cet univers coloré et délirant. Difficile de ne pas succomber devant une maestria graphique qui est au même niveau que l’animation. Totalement fluides, rapides à l’extrême, bref nous ne sommes pas là pour mégoter, mais speeder. Si les versions PS4 et Xbox One sont déjà de très bonne facture. La version Xbox Series et surtout PS5 sont splendides. Vos rétines vont en prendre plein les mirettes, les graphismes sont encore plus chatoyants, délicieux même. La plus grosse claque reste ’’animation en 120 fps, d’une fluidité et d’une rapidité qui vous envoie au 7é ciel vidéoludique.

La bande-son est ultra-dynamique, elle colle à la vitesse du jeu sans un seul mauvais accord ou raccord. Enfin, l’ensemble est entrecoupé de quelques cinématiques à l’humour bien dosé qui permet de reprendre son souffle avant de repartir de plus belle.

Crash Bandicoot 4 : It’s About Time, mon avis

Ne cherchez plus, Crash Bandicoot est de retour pour le meilleur et simplement le meilleur. Rater ce retour était impensable pour Activision et maintenant pour vous !  

Éditeur : Activision

Photos : DR

Laisser un commentaire