The Riddler Année Un : Plongée dans l’esprit d’un génie torturé

par LeNomade
3 minutes Lire
Chronique The Riddler Année Un

The Riddler : Année Un explore les origines de l’énigmatique Edward Nashton, alias le Riddler. Paul Dano, le scénariste, collabore avec l’illustrateur Stevan Subic pour nous plonger dans l’un des esprits les plus complexes et troublés du personnage. Insatisfait et isolé, il découvre peu à peu les terribles secrets de sa ville. Nous allons suivre ces moments décisifs qui le mènent à prendre le rôle du Riddler pour exposer la vérité.

Cette chronique a été réalisé avec un exemplaire envoyé par Urban Comics.

Le scénario de The Riddler Année Un : Plonger dans les abysses

Le récit se déroule un an avant les événements du film “The Batman“. Edward Nashton, un comptable banal, découvre au fil de ses analyses de sombres secrets de Gotham. Le scénario, riche en introspections, utilise des extraits du journal intime de Nashton pour nous immerger dans ses pensées les plus profondes. La narration en voix off renforce la solitude et le désespoir du personnage. Elle met en lumière sa détermination à exposer la corruption qui gangrène Gotham et ses hantises.

Chronique The Riddler Année Un
Paul Dano Stevan Subic DC COmics Urban Comics

La progression du personnage est une montée en tension perpétuelle, qui culmine dans des actes de plus en plus audacieux et violents. Ces actes font écho aux actions de Batman tout en les détournant pour ses propres fins. Le rythme narratif alterne avec soin des moments de calme introspectif et des scènes de tension intense. Chaque action de Nashton est motivée par un mélange de désespoir et de justice pervertie, ce qui crée une complexité morale fascinante. Le lecteur découvre en temps réel cette transformation inexorable, où chaque indice et chaque énigme résolue par le Riddler est un pas de plus vers sa complète métamorphose.

Chronique The Riddler Année Un
LeNomade | NomadeUrbain.fr

Le scénario, loin de se contenter de justifier la transformation de Nashton, pousse le lecteur à une réflexion plus large sur les conséquences des actions humaines, ainsi que sur la manière dont une société corrompue peut créer ses propres monstres.

Le trait et le rythme : Chaos mental sur papier

Le style graphique de Stevan Subic est un mélange de réalisme sombre et de distorsions visuelles qui reflètent l’état mental d’Edward. Les illustrations capturent la déformation de la réalité à travers les yeux du Riddler. Avec ses yeux, nous voyons Gotham transformée en un cauchemar gothique. Chaque page est une œuvre d’art, où les lignes et les ombres créent une atmosphère oppressante et anxiogène. Les scènes d’action sont intenses, et les moments de calme sont empreints d’une lourde tension. Le rythme du récit profite d’une belle alternance entre l’introspection et l’action, en maintenant un suspense constant qui pousse le lecteur à tourner les pages avec avidité.

Ensuite, l’utilisation des couleurs est particulièrement notable. Les teintes sombres et les jeux d’ombres accentuent l’ambiance sinistre de Gotham et l’état d’esprit torturé de Nashton. Subic parvient à capturer l’essence même de la ville, un lieu où l’espoir est rare et la corruption omniprésente. Le lecteur plonge littéralement dans un tourbillon de noirceur et de mystère. Le choix de styles graphiques variés pour représenter les différents états d’esprit de Nashton est une autre force du comic. Lorsque Nashton est submergé par ses pensées les plus sombres, les dessins deviennent plus chaotiques et abstraits. À d’autres moments, la clarté et la précision des illustrations reflètent une lucidité troublante. Cette variation stylistique trouble et captive à la fois.

Au-delà du manga : Comment la société crée ses monstres

The Riddler : Année Un ne se contente pas de conter les origines du Riddler. Il explore la folie face à l’inaction de la justice, ainsi que la dualité entre héros et méchants. Edward Nashton n’est pas un simple vilain, mais un produit de son environnement. Un homme brisé qui cherche à donner un sens à sa vie. Cette bande dessinée pose également des questions sur la nature de la justice ainsi que sur la moralité, en mettant en parallèle les actions de Batman et du Riddler. Le lecteur réfléchit inexorablement sur les motivations de chaque personnage et sur la fine ligne qui sépare le bien du mal.

À quel point la société peut-elle pousser un individu à franchir des limites morales pour accomplir ce qu’il croit juste ? Nashton, dans sa quête de vérité, incarne le paradoxe du justicier devenu criminel. Les dilemmes moraux sont omniprésents. La comparaison avec Batman souligne la complexité de leurs philosophies respectives sur la justice et la vengeance. Nashton, en tant que Riddler, cherche à trouver sa place dans un monde qui l’a marginalisé. Son parcours est une métaphore puissante de la rébellion contre un système oppressif et de la recherche d’un sens personnel.

Conclusion, prix et disponibilité de The Riddler Année Un

The Riddler Année Un est édité par Urban Comics et disponible à partir du 12 avril 2024, au prix de 24 euros chez les revendeurs partenaires.

You may also like

Laisser un commentaire

[script_13]

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d’accord, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire plus