Avec sa Sonos Beam Gen 2, le spécialiste de l’audio multi-room veut proposer la barre de son la plus compacte, audiophile et home cinéma du marché ! Ce que nous allons vérifier tout de suite…

Design de la Sonos Beam Gen 2 : adieu le tissu

Il y’a environ quatre ans, Sonos lançait sa Beam première génération. Une petite bombe que le constructeur met à jour dans une Gen 2, tout en confirmant son ambition d’offrir le produit le plus compact et performant du marché. Les évolutions sont ici mineures à l’extérieure et un peu plus profondes à l’intérieur.

Crédit : Yazid Amer – NomadeUrbain.fr

Mais commençons déjà par le design, qui affiche les mêmes lignes que le Beam 1. Nous n’allons pas nous en plaindre, cette barre de son affiche un style très élégant. Elle joue savamment des courbes dans un équilibre total. Alors que son aînée affichait un joli tissu en façade, ici nous avons une grille en plastique mate. La même matière qui sert à l’ensemble de la coque de la barre de son.

Crédit : Yazid Amer – NomadeUrbain.fr

Nous parlions du fait qu’elle soit compacte, nous vous laissons en juger avec des mensurations de 65,1 cm de longueur, pour 10 cm de profondeur et enfin 6,8 cm de hauteur. Elle trouvera sa place sous tous les téléviseurs, vous devrez juste vérifier qu’il dispose de pied assez haut pour ne pas que la barre de son déborde sur l’affichage. Ajoutez qu’avec seulement 2,8 kg, l’accrocher à un mur, même en placo ne pose aucune difficulté.

Crédit : Yazid Amer – NomadeUrbain.fr

Visuellement, c’est réussi, le produit est élégant, charmeur et surtout il sait se faire discret.

L’ergonomie : la Sonos Beam Gen 2, une histoire de pad

Ici aussi, le minimalisme est la règle avec trois touches sensitives sur le dessus de la barre de son. Ils permettent de jouer sur le volume, la lecture et enfin sur le micro dédié aux assistants vocaux. Ils sont très réactifs et nous n’avons pas grand-chose à leur reprocher.

Crédit : Yazid Amer – NomadeUrbain.fr

Attention, le produit est livré sans télécommande. Vous devrez donc utiliser la télécommande du téléviseur, si votre port HDMI est également CEC, ou utiliser une télécommande avec apprentissage ou plus simple l’app Sonos.

Toutefois, après quelques heures à interagir avec, le coup de main vient assez rapidement. Notez enfin l’indicateur de batterie à LED rouge à droite du pad.

L’Audio : une barre de son qui a la niaque

Les entrailles de la (petite) bête se compose d’un tweeter central, de quad mid-woofers et de trois radiateurs passifs.

Crédit : Yazid Amer – NomadeUrbain.fr

Ce produit est compatible avec les signaux PCM 5.1, Dolby Digital, Dolby Digital+, Dolby TrueHD, Dolby Atmos et même DTSHD 5.1.

Les connectiques : en faire moins est impossible

Si Sonos a bien un leitmotiv, en plus de la qualité sonore, c’est bien la simplicité d’installation et d’usage. Cela explique que la connectique soit minimaliste avec un seul port HDMI et un port Ethernet. Ce dernier vient en complément de la connexion Wi-Fi qui est le mode de connexion par défaut.

Crédit : Yazid Amer – NomadeUrbain.fr

À l’usage, il faut admettre que c’est très simple. Néanmoins, il faut impérativement avoir un port HDMI eARC pour profiter pleinement de ses possibilités. Si votre téléviseur ne dispose que de l’ARC, vous n’aurez pas accès au Dolby Atmos. Pourquoi ne pas avoir ajouté au moins une entrée HDMI pour y brancher directement une console de jeu par exemple.

L’appli : RAS

L’app Sonos est un modèle du genre pour ceux qui aiment la simplicité. Presque trop d’ailleurs pour les plus techniques, qui n’iront pas toujours au plus simple. Cela commence dès l’installation et le paramétrage de la barre de son. Nous sommes pris par la main étape par étape, il est quasi impossible d’avoir une difficulté sérieuse.

Nous avons ensuite accès à Sonos Radio que nous vous conseillons d’essayer si vous êtes équipé en produits Sonos. Les canaux sont nombreux et offrent une belle variété de styles musicaux. Ensuite, les contrôles sont assez simples à appréhender, nous avons même droit à un égaliseur.

L’enceinte peut s’intégrer dans un système multi-room existant, ou en être la première pierre. Il est simple de connecter à l’app vos services musicaux, d’ajouter un assistant vocal ou encore de jouer sur les paramètres audio.

Toutefois, dans un soucis de simplicité louable, Sonos a bien caché ses derniers. Il faut rentrer en profondeur dans l’app est cela peut être fastidieux au début.

Le rendu audio  : une Marshall Embertone étonnante et parfois décevante

Crédit : Yazid Amer – NomadeUrbain.fr

Avant de commencer, nous conseillons aux utilisateurs d’iPhone d’utiliser l’outil de calibrage acoustique TruePlay. Il va apporter le petit plus qui rend l’expérience encore plus immersive. Avec son équipement audio, nous avons un rendu qui a de quoi faire rougir de honte la concurrence.

Les aigus sont d’une très belle précision, puissants, incisifs, ils savent être aussi tranchant qu’accompagner les autres fréquences quand il le faut. Les médiums sont équilibrés, ils réussissent à offrir l’équilibre entre coffre et précision. Cela permet de profiter d’une très belle dynamique globale qui sied aussi bien à un film d’action qu’à l’écoute d’une douce musique classique. Musicalement, nous avons un très bel équilibre et une séparation des instruments assez enchanteurs.

Crédit : Yazid Amer – NomadeUrbain.fr

Le son est assez rond, complaît à nos oreilles et malgré sa taille de la Beam Gen 2 arrive à nous offrir des basses très honorables. Même si elles n’arrivent pourtant pas à descendre assez bas pour nous faire frissonner. Elles sont donc bien rondes, mais manquent singulièrement de punch. La question d’investir dans le caisson de basses sans fil Sonos Sub Gen 3 (849 euros) est une éventualité sérieuse pour les puristes.

Crédit : Yazid Amer – NomadeUrbain.fr

En ce qui concerne la spatialisation du son, Sonos compte sur un nouveau processeur pour mieux resituer le son multicanal. La voix centrale est parfaitement identifiable et stable. La stéréophonie enveloppante sait jouer avec nos oreilles. Par contre, les effets surrounds ne sont audibles que si vous l’installez dans une petite pièce. Même dans ce cas, cela reste peu précis et plus que discret.

Aucun moyen de profiter réellement du Dolby Atmos, car aucune enceinte n’est chargée d’une diffusion verticale. Pour une spatialisation du son vraiment efficace, il faut ajouter deux Sonos One et vous obtenez un système complet et très performant. Surtout que le tarif, caisson de basses inclus, reste sous la barre des 1 500 euros.

Le micro : efficace à souhait

Le micro dédié aux assistants vocaux peut être coupé physiquement. Il offre une excellente qualité de captation et à moins de lui donner des ordres durant une soirée dansante à ou regarder un blockbuster le son à fond, vous n’aurez que rarement l’occasion de pousser la vois pour vous faire comprendre.

Photos : Yazid Amer – NomadeUrbain.fr

Sonos Beam Gen 2, notre avis

Sur ce segment de marché et de prix, nous avons un produit aussi compact, élégant qu’immersif. La qualité du son est réellement audiophile, avec une musicalité qui ne pourra que ravir vos oreilles. Vos films et séries seront enfin mise en valeur par une bande-son dynamique et punchy. Certes, il y’a un manque de basses, certes les surrounds virtuels ne sont pas extraordinaires, mais vous trouverez difficilement mieux si vous cherchez un produit compact, ultra simple à utiliser et au rapport qualité-prix de haut niveau.

Sonos Beam Gen 2

499 €
4.3

Design

4.3/5

Ergonomie

4.5/5

Qualité Aduio

4.8/5

Qualité du micro

4.3/5

Spatialisation du son

3.8/5

Les Plus

  • Le design
  • La qualité de fabrication
  • La musicalité du son
  • Le rendu sonore
  • Le rapport qualité/prix

Les Moins

  • Connectique minimaliste
  • App que l'on doit dompter
  • Malgré leurs qualités, les basses restent justes
  • Pas de télécommande
  • Dolby Atmos anecdotique

Laisser un commentaire