Glénat nous propose un voyage presque onirique, teinté de naïveté dans un univers aussi gothique que grandiose. Shadows House est une nouvelle série chez Glénat Manga. Un manga atypique et qui demande un certain pour se mettre en place. Ce qui explique que l’éditeur sorte les deux premiers tomes en même temps.

Scénario, Shadows House inattendus et ardu

Nous allons découvrir Emilico, une « poupée vivante » qui prend l’apparence d’une jeune fille. Ce sont des créatures fabriquées par la famille Shadows pour un double usage. Entretenir leur manoir pour eux et surtout ils sont une interface de communication. En effet, les Shadows sont touchés par un étrange mal, ils n’ont pas de visage et dégage de la suie quand leurs émotions sont négatives.

Un Shadows et sa poupée vont donc lier un lien fort pour que la seconde puisse exprimer les émotions du premier. Une relation symbiotique qui ne doit pas faire oublier la relation hiérarchique. Nous suivons donc la naïve et optimiste Emilico dans cet univers particulièrement effrayant.




Traits et rythme, langueur et découverte

Emilico va découvrir petit à petit l’univers du manoir Shadows et la multitude de « poupées vivantes » qui y vivent et servent avec une dévotion totale la famille. Je vais être clair, le premier tome est long à lire. Alors que la majorité des mangas nous font rapidement rentrer dans l’action, ici il faut attendre le tome 2 pour commencer à vraiment entrer dans l’histoire.

Mais je suis un peu dur, car la langueur du premier tome permet de s’immerger dans l’univers esthétique du manoir. Le style gothique côtoie le Victorien, difficile de le positionner dans le temps et cela entretient le mystère. Chaque page est un travail d’orfèvres, les détails pullulent, les choix esthétiques sont à la fois grandioses et tellement proches du quotidien. Une maestria visuelle qui rend la lecture encore plus lente à force de déguster chaque trait de dessin.

Au delà de l’histoire, Shadows House un mystère, dans un mystère dans un autre mystère

Il y’a une ombre qui plane sur tout le manoir, le premier tome nous fait découvrir l’univers et le second commence enfin à dévoiler une intrigue qui nous tient au corps. Sachez juste que dans cet univers des plus obscurs, une flamme d’optimisme existe dans la personnalité de Emilico.

AVIS

J’ai eu du mal à rentrer dans Shadows House, beaucoup de mal. Le travail graphique m’a le plus motivé au départ et ayant les deux premiers tomes, je me suis un peu forcé. Bien m’en a pris, car ici se dévoile une pépite atypique dans le manga et cela aussi bien par les partis pris des auteurs que le déroulement de l’intrigue.

Shadows House, Edition Glénat

Tome 1 : 7,60 euros

Tome 2 : 7,60 euros

  • Scénario : duo So-ma-to, la scénariste Nori
  • Dessin : duo So-ma-to, le dessinateur Hisshi

Photo : So-ma-to, Edition Glénat